Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HITZA PITZ Allande Socarros

HITZA PITZ Allande Socarros

GOGOETA ASKEAK - PENSÉES LIBRES “Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre.” Georges Orwell

Partager cet article

Repost 0

L’UNION INDIENNE

Allande Socarros —
 

flag_of_indiaLes élections parlementaires dans les États fédérés et Territoires de l’Union indienne s’échelonnent entre le 16 avril et le 13 mai. Un marathon électoral rendu nécessaire par l’immensité démographique et géographique de cette fédération et l’extraordinaire diversité (ethnique, linguistique, religieuse…) de ses populations.

Les médias et discoureurs en manque d’inspiration ont coutume de qualifier l’Inde de « plus grande démocratie du monde ». C’est oublier un peu vite qu’il s’agit d’un État ou se cotoient les richesses les plus ahurrissantes et la misère la plus noire, des institutions modernes et le système des moyennageux des castes, une cohabitation harmonieuse des cultures et des tensions communautaires aiguisées par les extrémismes religieux de tout poil.

Il n’en demeure pas moins que l’Union indienne est l’archétype d’un modèle fédéral qui démontre que la complexité et la diversité sont gérables de manière satisfaisante. Une réalité indéniable, aux antipodes des concepts d’uniformisation et de centralisation érigés en dogmes du côté de Paris.

 

 

L’Inde : “Unie dans la diversité”

 

Un milliard d’habitants : les Indes, géant fédéral

On présente aujourd’hui cet État comme l’une des grandes puissances  du siècle à venir : un État de droit, la plus grande démocratie du monde ; un pays qui connaît également, aujourd’hui, un important développement économique. L’Inde : un pays d’un milliard d’habitants. Et un État fédéral : l’ Union indienne.

 

Une irréductible diversité

L’Inde d’aujourd’hui, c’est environ un milliard d’habitants et toute la démesure de sa diversité : une mosaïque de peuples, une vingtaine de langues officielles, près d’un millier de langues et dialectes, dont plus d’un trentaine parlées par plus d’un million de personnes.

 

L’Inde d’aujourd’hui, c’est également le berceau géographique des plus grandes religions orientales (Hindouïsme,BouddhismeSikhisme) et un vaste espace géographique où se côtoient également Christianisme, Juifs et Pârsîsmalgré d’importantes tensions entre Hindous majoritaires et peuples ou communautés minoritaires.

 

Ainsi, l’histoire contemporaine de l’Inde – déjà marquée par trois guerres avec le Pakistan voisin – a été régulièrement émaillée d’incidents, parfois très graves, entre communautés hindoues et musulmanes. Comme la destruction de la mosquée d’Ayodhya par des activistes hindouistes en décembre 1992 ou, en février 2002, les plus récentes émeutes antimusulmanes, au Gujarat, émeutes qui firent alors environ 2 000 morts et près de 50 000 réfugiés. De même, on se souviendra de l’assassinat, en octobre 1984 et mai 1991, d’au moins deux premiers ministres – Indira et Rajiv Gandhi– par des activistes nationalistes sikhs et tamouls.

 

L’unité, malgré tout

L’Inde «unie dans sa diversité», à l’intérieur de ses frontières naturelles – entre Vallée de l’Indus et marais du Bengale, entre Océan indien et barrière de l’Himalaya – , c’est ce que tend également à démontrer l’Hymne national Jana-Gana-Mana, poème écrit en 1911 par le grand poète national et prix Nobel de Littérature, en 1913, Rabindranath Tagore, brahmane bengali.

 

Au moment de l’indépendance de l’Inde – en août 1947 – une majorité d’observateurs pensaient que l’Inde allait se disloquer en une poussière d’États. Ils ne pensaient pas que l’unification politique pouvait survivre au retrait de la puissance coloniale britannique. Pourtant, après le choc de la partition, l’Inde a survécu. Et, un demi-siècle plus tard, c’est bien le maintien de l’unité des Indes qui frappe le plus. Et plus personne n’envisage aujourd’hui sérieusement l’éclatement du pays : les musulmans des Indes ayant, tout de même, massivement fait le choix de l’Inde.

 

Certes, malgré son abolition officielle en 1950, l’ancien système des castes existe toujours. Mais il empêche de moins en moins la diffusion du pouvoir et de la richesse dans une Inde où on peut aujourd’hui à la fois être un Intouchable et Premier ministre d’un État, rédacteur de la Constitution voire chef de l’État fédéral, tel le juriste Bhimrao Ramji Ambedkar ou le président Kocheril Raman Narayanan.

 

Le Fédéralisme, ciment des Indes

Certains estiment que l’unité de l’Inde tient à sa dimension culturelle de «plus vieille civilisation du monde», dans l’extraordinaire capacité d’absorption de l’Hindouisme et dans la foisonnante diversité des sociétés qui composent la civilisation indienne. Autre explication au maintien – malgré tout – de l’unité des Indes : la nature même des institutions que l’Union indienne s’est donnée.

 

En effet, pour faire cohabiter tout ce beau monde, les élites hindoues du temps de l’indépendance ont préféré, à toute autre hypothèse pour succéder au «Raj» britannique, la mise en place un État fédéral : l’Union indienne, État indépendant en août 1947, État doté d’une Constitution républicaine entrée en vigueur en janvier 1950 et dont les spécialistes disent qu’elle est le plus long texte constitutionnel rédigé pour une Nation indépendante, puisque comptant 395 articles, 83 amendements et totalisant 117.369 mots dans sa version anglaise.

 

L’Union indienne d’aujourd’hui fut donc l’addition des Indes sous administration coloniale britannique (le «British Raj») et de l’Inde autonome des États Princiers des Indes : Cachemire, Hyderabad, Patiala, Mysore, etc. Un État centré sur sa capitale fédérale de New Delhi ; où, sur Raisina Hill, l’on trouve les sites des Rashtrapati Bhavan et Samsad Bhavan (palais présidentiel et siège du Parlement…).

 

Une fédération d’une trentaine d’États

india_ter1

L’Union indienne est un État fédéral composé de 28 États fédérés et 7 Territoires placés sous administration fédérale (dix-huit États fédérés en 1950). Des États correspondant à un découpage administratif britannique remodelé par la suite selon des considérations ethno-linguistiques. Ainsi, chaque grand ou petit peuple des Indes peut disposer de son cadre étatique propre et peut gérer ses affaires dans le cadre d’une subsidiarité bien comprise.

 

Certes, au départ, le cadre administratif et territorial légué par les britanniques était bien loin de correspondre à l’exacte répartition des populations concernées (neuf des dix-huit États initiaux correspondant aux anciennes provinces britanniques, les autres à d’anciens États princiers…). Il s’en suivront de nombreuses revendications politiques et de nombreuses poussées de violences : notamment en Pays Marathe (dans les années 1950), en Pays Dravidien (dans les années 1960) ou dans les fameuses Provinces du Nord-Est (en ébullition identitaire et revendicative depuis le tout début des années 1960).

 

Dès 1920, le Parti du Congrès avait déjà adopté le principe d’un remodelage des provinces issues du Raj britanniqueselon des critères ethno-linguistiques. Mais, après les drames de la partition de 1947, le premier ministre Nehru hésitera longtemps à remettre en cause le découpage déjà établi, redoutant d’ouvrir la boîte de Pandore de nouvelles violences.

 

Néanmoins, les revendications identitaires des uns et des autres seront bientôt pratiquement toutes satisfaites : notamment avec la réorganisation territoriale du Pays Dravidien (en 1953-1957), avec la réorganisation territoriale de l’ «espace marathe» (en 1960), avec la réorganisation territoriale des Provinces du Nord-Est (en 1972), ou – pour répondre aux revendications politiques formulées par certaines populations tribales – avec la création (en 2000) des nouveaux États de l’Utarranchal, du Jharkland et du Chhattisgarh.

 

La plus grande Démocratie du monde

Chacun de ces vingt-sept États fédérés qui composent aujourd’hui l’Union indienne dispose de ses propres institutions démocratiques modelées sur le régime parlementaire de la fédération, hérité de l’époque coloniale britannique et de son fameux système de Westminster.

 

Selon la constitution de 1950, l’Union indienne est donc un régime parlementaire gouverné par un Premier ministrequi ne peut en fait gouverner qu’avec l’appui d’une majorité parlementaire à la Chambre du Peuple ou Lok Sabha. Le Conseil des États ou Rajya Sabha formant une seconde chambre – présidée par le vice-président de l’Union, second personnage de l’État – où sont représentés les intérêts des États et des territoires membres de la fédération.

 

Ces deux Chambres – Lok Sabha et Rajya Sabha – formant ensemble le Parlement de l’Union indienne et élisent pour cinq ans le Président de la République, chef de l’État pour l’Union indienne, un personnage public au rôle représentatif comparable à ceux des monarques britanniques. Le vrai pouvoir exécutif appartenant en fait à son premier ministre.

 

Selon sa Constitution, l’Inde est une «République souveraine, socialiste, laïque, démocratique». Comme on l’a déjà dit plus haut, elle tire son modèle parlementaire du système parlementaire britannique. Comme les États-Unis d’Amérique, l’Inde connaît également une forme fédérale de gouvernement. Cependant, le gouvernement central y exerce un plus grand contrôle sur les États fédérés : la Constitution de 1950 prévoyant même qu’en cas de crise grave, un État membre de l’Union puisse être placé sous administration fédérale.

 

L’Inde : une anarchie qui fonctionne

En tout cas si on dit souvent de l’Inde qu’elle est la «plus grande Démocratie du monde» (compte tenu de sa population comptant plus d’un milliard d’habitants), on oublie néanmoins souvent de dire que les dirigeants de ce pays – qui ont hérité autant des institutions britanniques que de la tradition hindoue – doivent cependant gérer des problèmes liés à cette immense diversité démographique.

 

Ainsi, l’Inde d’aujourd’hui combine à la fois des archaïsmes sociaux évidents, comme le système des castes, et les marques spectaculaires d’un indéniable progrès matériel, comme en attestent ses récentes performances économiques ou scientifiques.

 

L’Union indienne est également un pays tiraillé entre des pulsions fortement contradictoires : entre ses tendances centralisatrices et séparatistes, entre son discours neutraliste et pacifiste (officiel sur la scène internationale…) et les aspirations à la puissance de ses nationalistes, entre la tolérance religieuse proclamée par l’État et les tensions communautaires qui déchirent son actualité, entre son récent décollage économique et la persistance d’extraordinaires inégalités de revenus, etc…

 

Des contrastes criants et tout particulièrement marqués qui, dès les années 1960, ont été remarquablement bien résumés par cette célèbre formule de l’ambassadeur et économiste américain John Kenneth Galbraith : «L’Inde : une anarchie qui fonctionne». Probablement parce qu’il s’agit là d’un État fédéral : seul système institutionnel à même de pouvoir faire cohabiter pacifiquement tant de diversités.

 

L’auteur : Ronan Blaise a été Rédacteur en chef du très instructif webzine ‘Le Taurillon’: http://www.taurillon.org/?lang=fr, publication du “Mouvement des  Jeunes Européens – France”; il est aussi ancien membre du bureau national et des “Jeunes Européens – Rouen”

Partager cet article

Repost 0