Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HITZA PITZ Allande Socarros

HITZA PITZ Allande Socarros

GOGOETA ASKEAK - PENSÉES LIBRES “Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre.” Georges Orwell

Partager cet article

Repost 0

Spéculation immobilière en Pays Basque Nord

Allande Socarros —

23 octobre 2000

 

Samedi 21 octobre, 1 H du matin, une charge explosive dévaste les locaux de l'agence immobilière Richard, faisant partie de la chaîne Orpi, à Cambo-les-Bains (Pays Basque nord). Ainsi que le précisent, les médias "sérieux", "aucune victime n'est à déplorer". A croire qu'une telle conséquence dramatique leur apparaît inéluctable et qu'ils soient surpris que cela ne survienne pas...

 

Les mêmes organes de presse, habitués à s'abreuver à la source policière, ont attribué l'attentat à l'organisation clandestine du Pays Basque nord Iparretarrak ou IK ("ceux du Nord"). Pour quiconque est, un tant soi peu, au fait de la situation du Pays Basque sous tutelle française, il ne fait aucun doute que l'action et sa cible portent, en effet, la signature de IK.

 

Sans donner l'impression d'approuver cet acte, en prenant toute précaution rhétorique pour cela, les moyens de communication auraient peut-être pu essayer de donner des pistes d'explications sur cette reprise de la violence clandestine en Pays Basque nord, en tout cas sur cette action précisément.

 

Dire, par exemple, que la spéculation immobilière a toujours été dénoncée et combattue, non seulement par IK, mais aussi par le mouvement abertzale de gauche en son ensemble, qu'une bonne part de la population du Pays Basque nord subit les conséquences d'une politique d'aménagement du territoire soumise à la prééminence de l'immobilier de loisir, dire donc aussi que l'ensemble des prix de location ont été tirées vers le haut (sur toute la côte basque, les loyers ou prix de vente au mètre carré sont de 20 à 30 % plus chers que, par exemple, à Pau, ville pourtant fort cotée), dire encore que la "bétonisation" de la côte du Labourd est à nouveau repartie en flèche...

 

Mon propos n'est pas de glorifier l'action clandestine violente. Je vis sa réanimation comme un échec ou tout au moins comme une insuffisance des formes de lutte dites "légales", comme une incapacité du mouvement abertzale public à se mobiliser - et à mobiliser - contre la spéculation immobilière, comme une réaction contre l'immobilisme des élus politiques, incapables de proposer des solutions aux problèmes du Pays Basque nord.

 

Il y a aussi une lecture politique "a usage interne". En effet, la réapparition d'IK sur le devant de la scène avec la diffusion (début octobre) de son bulletin clandestin "Ildo" (Sillon) et la reprises des opérations clandestines en avril d'abord puis ce 21 octobre, pourrait être un message adressé à ETA et à ses partisans. Une manière de leur dire: "attention, nous sommes toujours là; vous ne ferez pas ce que bon vous semble en Pays Basque nord".

Partager cet article

Repost 0