Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HITZA PITZ Allande Socarros

HITZA PITZ Allande Socarros

GOGOETA ASKEAK - PENSÉES LIBRES “Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre.” Georges Orwell

Partager cet article

Repost 0

Libres pensées pour libre parcours...

Allande Socarros —

Le blog que vous consultez correspond à une nouvelle étape de ma vie. Élu local depuis 15 ans, vice-président de la Communauté de communes Soule-Xiberoa (Pays Basque nord) durant 8 ans et 9 mois, j'ai à nouveau l'opportunité d'exprimer publiquement et par écrit mes opinions, de porter un regard sur le monde qui m'entoure, de produire des réflexions sur des thématiques  diverses.

Certes, le fait d'être un élu en responsabilité ne m'empêchait pas ipso facto de m'exprimer à titre personnel, mais il n'est pas vrai pour autant que l'on peut toujours tout dire, à tout moment et à tout propos, sans risquer de heurter des sensibilités, de se créer des inimitiés, de se couper de toutes relations à l'endroit de personnes avec lesquelles on est amené à travailler. On peut appeler cela de l'auto-censure, mais à partir du moment où elle résulte d'un choix assumé, il n'y a pas matière à s'en offusquer.

Avec ce blog, mon intention est de livrer une pensée libre, car je considère que les non-dits, les mises sous l'éteignoir ou sous le tapis, les renoncements à la liberté d'expression par peur ou par conformisme, les raisonnements du genre : "moins on en dit, plus on est tranquille", font le lit des totalitaires de toute obédience, enferment les sociétés dans les prisons de l'intimidation, anéantissent l'esprit critique, tirent vers le bas tous les champs de réflexion, annihilent toutes les capacités à imaginer le meilleur, abdiquent toutes les libertés.

C'est peu ou prou ces constats d'un corps social pris en otage par une idéologie et des pratiques totalitaires qui m'avait conduit au tout début des années 2000 à écrire sur le site internet aujourd'hui disparu www.amnistia.net une série d'articles à tonalité pamphlétaire. Pour parler trivialement, j'avais voulu alors "secouer le cocotier", plus particulièrement à destination d'un monde abertzale à la pensée complètement sclérosée et qui s'abimait dans le plus tragique des manichéismes. Il me m'appartient pas de dire aujourd'hui si j'avais contribué alors  à faire bouger des lignes, mais ma volonté première était de libérer un espace à la parole, parce que la libre expression, qui va de pair avec la responsabilité, est un des piliers de la démocratie. 

Le temps s'est écoulé depuis ces premières années du XXIe siècle, et il convient, bien évidemment, de replacer la lecture des articles en question dans le contexte de l'époque. Néanmoins, si j'ai décidé aujourd'hui de "re-tapoter"du clavier, c'est que je ressens un malaise certain devant les évolutions du monde abertzale, qui me semble démissionner de toutes les valeurs qu'il pouvait incarner, se détourner de son devoir de concevoir le meilleur pour le Pays Basque, pire encore, renier ses fondamentaux.

Quoiqu'en diront ceux qui ne manqueront pas de me dénigrer, je n'ai jamais eu la mentalité d'un "donneur de leçons" et espère ne l'avoir jamais. Les seuls ressorts qui m'animent sont ceux de porter, avec d'autres, une pensée libre, une critique constructive, une réflexion utile.

Au lancement de ce blog, je re-publie les textes écrits naguère... en attendant de relancer la machine à cogiter !   

 

Partager cet article

Repost 0